L'entretien du lundi - Jan Basny "Une machine à gagner"

23 octobre 2014 - 05:31

L’entraîneur du club féminin du Nantes Loire Atlantique Handball, le Tchèque Jan BASNY, est un témoin privilégié du handball tricolore. Auparavant entraîneur de l’équipe masculine du GFCO Ajaccio, il a aussi été aux commandes de l’ES Besançon et sélectionneur de l’équipe féminine tchèque. Avant le match France-République tchèque à Chambéry, il évoque l’actualité de son club.

Après une nouvelle défaite aussi serrée, cette fois face aux championnes de France de Metz, nous avons hésité à vous téléphoner…

Écoutez depuis le début de la saison, ce n’est jamais le bon moment pour m’appeler. Le premier match contre Nîmes (26-27) était plus serré que face à Metz (25-26) mercredi passé. À Dijon on mène de 3-4 buts et on prend le but de l’égalisation à 2 secondes de la fin. Même chose devant le Havre (22-23) où on encaisse le but de la défaite à cinq secondes du coup de sifflet final. Contre Issy-Paris (24-27), nous sommes à égalité à deux minutes de la fin. C’est un peu rageant et c’est devenu frustrant. C’est compliqué de sortir de cette spirale.


La saison est loin d’être terminée…

Je suis frustré mais il faut positiver car il y a plein de bonnes choses dans le jeu. Le travail paie et ça va forcément changer ! Le groupe est sain, les filles veulent progresser et restent motivées pour avoir des résultats. Le club évoluait encore en N1 il y a trois saisons et notre équipe est jeune. Sur les postes les plus importants, arrières et pivots, nous avons cinq nouvelles joueuses. Pour autant, nous jouons bien et j’espère que cela va tourner.


La tentation d’attendre les play-downs existe-t-elle ?

Aucune joueuse, entraîneur ou président n’accepte de jouer les play-downs, on se bat tous pour jouer les play-offs. L’an passé l’équipe a du passer par les play-downs pour assurer son maintien et les joueuses ne veulent pas en entendre parler car la formule est très dure.
J’étais présent, en tant qu’entraîneur de Besançon, à la réunion quand la décision d’instaurer les play-offs et les play-downs a été prise. Je ne peux donc pas la critiquer. Avec seulement 10 équipes en LFH il y avait nécessité de densifier le calendrier. Dans deux ans, lorsque la LFH comptera 12 équipes, il faudrait peut-être revenir à une formule championnat intégrale. Car pour le suspense, nous avons déjà la Coupe de la Ligue et la Coupe de France.


Pensez-vous que votre calendrier est plus favorable pour les prochaines journées ?

Le championnat est très serré et il faut se méfier de toutes les équipes. Je crois que tous les entraîneurs sont conscients de cela. Si on regarde qu’on va bientôt rencontrer l’Union Mios-Biganos Bègles, Toulon Saint-Cyr et l’OGC Nice, alors oui théoriquement c’est plus favorable car ces équipes ont moins de points que Metz ou Nîmes. Mais concrètement chaque match est différent et le niveau est très homogène.


Depuis votre passage à Besançon de 2007 à 2009, comment a évolué cette LFH ?

Les structures se sont professionnalisées et le niveau est beaucoup plus élevé. Environ 80 % des étrangères qui évoluent en LFH sont internationales dans leur pays, ce n’était pas le cas il y a cinq ans.


Deux joueuses de votre club ont été appelées par Alain PORTES pour la 1ère étape de la Golden League…

Alain m’a appelé pour en parler, comme il le fait, je crois, avec tous les entraîneurs des joueuses concernées. Wendy LAWSON a un super mental. Elle est très forte et lorsqu’elle se trouve en situation d’échec, elle travaille plus encore pour être performante. Elle construit elle-même sa carrière : à 23 ans, elle sait ce qu’elle veut. En revanche elle a des lacunes techniques, technico-tactiques, comme d’autres joueuses françaises. Elle manque un peu de physique et de force en défense. À son âge c’est difficile à changer mais son point fort c’est vraiment sa force de caractère. Elle ne renonce jamais.


Et Marie PRUDHOMME ?

Marie a parfois des petits pépins physiques, notamment à son genou. Elle ne peut pas effectuer tout le travail physique. Elle manque de vitesse et de vivacité, elle le remplace par sa lucidité. C’est une joueuse assez importante dans l’organisation de notre jeu : elle est gauchère et possède une très bonne lecture du jeu. Elle dispose aussi d’une bonne technique, supérieure aux autres Françaises.


En quoi serait-ce différent d’entraîner des filles ou des garçons ?

J’avais participé à un colloque où un entraineur de volley-ball, Éric N’GAPETH, avait évoqué cette différence « une équipe de garçons a besoin de résultat pour former un groupe, une équipe de fille a besoin d’avoir un groupe pour faire un résultat. » C’est exactement cela et cela c’est confirmé avec les équipes que j’ai entrainé. Au niveau du jeu, les garçons jouent plus sur le 1 contre 1, défensif et offensif, alors que les filles jouent plus sur le volume de courses. Les filles demandent à être dans un schéma de jeu et une organisation bien précis tandis que les garçons ont besoin de plus de liberté.


L’équipe de France affrontera la République tchèque le 30 octobre pour les qualifications à l’Euro 2015, un adversaire face auquel elle avait perdu en 2010 dans ces mêmes qualifications…

C’est mon copain Martin LITAK, un Slovaque, qui entraînait à l’époque. Les Tchèques avaient gagné d’un seul but en Lituanie et je me souviens bien de ce moment là : il voulait tout laissé tomber car l’équipe était à la rue. Puis face à la France, ils ont gagné par miracle avec le demi-centre qui avait joué le match de sa vie. Une équipe était née à ce moment là.


Comment voyez-vous le match du 30 octobre ?

Le match sera intéressant car il y aura des similitudes avec l’arrivée de deux jeunes coaches à la tête de la sélection : Jan FILIP et Daniel KUBES qui avait un peu le rôle de Didier DINART en équipe nationale. Ils sont ambitieux mais ils ont quelques soucis avec l’absence de Filip JICHA et de trois arrières droits gauchers, dont Jan STEHLIK le joueur de Saint-Raphaël, qui sont aussi blessés.
Karel NOCAR, qui a longtemps joué à Chambéry, a été nommé manager des équipes nationales féminines et masculines. Il ne sera pas trop dépaysé pour ce premier match officiel. Comme c’est un bosseur, je sais qu’il va tout bien préparer pour l’équipe.


Quel est votre regard sur l’équipe dirigée par Claude ONESTA ?

C’est une machine à faire des médailles. Si je n’étais pas entraîneur je pourrais penser que c’est presque trop facile. Évidemment je ne peux penser cela car je sais qu’il y a beaucoup de travail derrière. D’ailleurs les autres nations essayent aussi et réussissent seulement parfois.
Je pense que la culture de la gagne, présente depuis la fin des années 80 avec Daniel COSTANTINI, permet aux joueurs de l’équipe de France de réaliser de grandes choses. Il y a toujours un ancien qui a transmis cet esprit aux autres. Souvent, je ne suis pas d’accord avec les commentateurs qui disent que un tel ou tel joueur de l’équipe de France est le meilleur du monde. Le plus important, c’est leur volonté. Ils réalisent un tel travail que cela ne peut pas être une fatalité : la France est une grande équipe.


Suivez-vous les performances de l’autre club de la ville, le HBC Nantes ?

Personnellement je souhaite aux garçons les meilleurs résultats possibles et en particulier à Thierry ANTI que je connais bien. Ils ont une belle équipe et produisent du super jeu. C’est une concurrence saine et une émulation entre les deux clubs. Il faut produire des résultats pour la ville qui est de plus en plus associée au handball avec en plus l’accueil du Mondial 2017 et peut-être de l’Euro 2018 féminin.

Commentaires

Recherche d'un entraineur ou accompagnateur et Le forum des associations 1 mois
+16 Féminines et 3 autres 1 mois
Tournoi de fin d'année 17.06.2017 : nouvelles photos 1 mois
Tournoi de fin d'année 17.06.2017 1 mois
Les courageuses du FHBC au COLOR ME RAD et 8 autres 3 mois
Tournoi familial annuel du FHBC 3 mois
Informatique 9 mois
Un nouveau professionnel à nos portes 9 mois
Bonnes Fêtes ! 9 mois
Nos équipes : nouvelles photos 9 mois
Nos équipes 9 mois
Novembre 2016 : nouvelles photos 9 mois
Novembre 2016 9 mois
17-32
+16 Masculins / Saint Jean 11 mois
+16 Masculins / Saint Jean et 2 autres : résumés des matchs 11 mois

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 2 Entraîneurs
  • 16 Joueurs
  • 6 Supporters